Opération Copperhead : quand les dessous de l’histoire sont délicieusement loufoques

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Roman graphique Mis à jour : vendredi 29 décembre 2017 18:14 Affichages : 580

copperheadPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ L'opération Copperhead, menée par les Britanniques durant la Seconde Guerre mondiale,  est l’une des nombreuses diversions imaginées par les Alliés pour cacher le lieu réel du débarquement Allié en Normandie. Le colonel Dudley Clarke, chef de la désinformation, avait contacté en premier lieu David Niven, un acteur qui travaillait à cette époque au service cinématographique des armées et tournait alors un film de propagande de Carol Reed, nommé The Way Ahead. L’idée était que Niven forme un acteur qui soit un complet sosie du maréchal Bernard Law Montgomery qui exerçait de hautes responsabilités de commandement pendant la Seconde Guerre mondiale. Un acteur, M. E. Clifton-James, est engagé pour ce rôle. Celui-ci pense au départ participer à un vrai film ; Niven et  Peter Ustinov le forment au rôle de « Monty », qu'il avait déjà l’habitude de jouer devant ses camarades puisque sa ressemblance physique avec le maréchal est troublante. Niven, qui a croisé à de nombreuses reprises Montgomery, aide Clifton-James à perfectionner son jeu, notamment en lui faisant visionner des films où apparait Montgomery. Clifton-James apprend alors qu’il va faire un voyage à Gibraltar et en Afrique du Nord, pour leurrer les Allemands qui penseront que les Alliés se préparent à débarquer dans le sud de la France.

Cette opération, quelques années après, est devenue le sujet d’un livre et d'un film, "I Was Monty’s Double". Clifton James y tenait son propre rôle et aussi celui de Montgomery.

En 2017, Jean Harambat décide de revenir sur cette histoire par le biais du neuvième art en s’inspirant des autobiographies de David Niven ( « Décrocher la lune »), Peter Ustinov ( «  Cher Moi ») et le fameux « I was Monty’s Double » de Clifton James. Le résultat est délicieux tant s’y mêlent avec génie l’élégance et l’excentricité britannique des gentleman, l’humour british et des anecdotes historiques passionnantes.

La fiction commence en 1977 sur le tournage de "Mort sur le Nil" ; David Niven et Peter Ustinov se rappellent leur première rencontre sur le tournage de « The Way Ahead ». L’occasion d’une longue analepse où les vignettes côtoient des extraits des trois biographies pour une narrativité efficace et fluide. Plaisir du lecteur qui plonge autant dans la grande Histoire que dans les coulisses du cinéma et rencontre de nombreux personnages aussi atypiques que plaisants. Clifton James, acteur shakespearien au penchant alcoolique incorrigible, en est une des figures les plus attrayantes. Ajoutons à cela des dialogues subtils et fins dans lesquels percent des traits d’humour sensibles et un dessin d’une drôlerie intrinsèque aux couleurs affectueuses et vous comprendrez que cet «Opération Copperhead » est un véritable coup de coeur ! Le 30 novembre 2017, d’ailleurs, à la Cinémathèque française à Paris, où se déroulait la conférence de presse du 45e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, le Prix René-Goscinny 2018 a été attribué à Jean Harambat, pour cet album!

L’idée est venue au colonel Dudley Clarke - en visionnant le film de Billy Wilder - qu’un sosie pourrait incarner le général Montgomery pour tromper les nazis. Il en avait alors fait la proposition à Churchill. Le général Montgomery avait un visage bien caractéristique. Il était devenu immanquablement identifiable lorsqu’il avait été nommé à la tête de l’armée alliée. L’armée lui donnait même un petit nom : « Monty ». L’objet de l’opération était de sauver des vies en mobilisant les nazis loin du véritable débarquement.

( David Niven, Décrocher la lune).

Opération Copperhead

Editions : Dargaud
Auteur : Jean Harambat
164 pages
Prix : 19,99€
Parution : 29 septembre 2017

Copperhead