Filles des oiseaux : mai 68, 50 ans après, Thérèse et Marie-Colombe, toujours l’envie de rire

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Bande-dessinée Mis à jour : vendredi 25 mai 2018 22:36 Affichages : 245

oiseauxPar Julie Cadihac - Lagrandeparade.fr/ 50 ans après mai 68, les deux comparses Thérèse et Marie-Colombe, qui s’étaient rencontrées au pensionnat des Oiseaux, restent toujours aussi différentes que complémentaires.

La première, issue d’une famille Groseille qui faisait dans la vache et le cochon, s’est battue pour s’en sortir, est devenue une « business woman », a épousé son comptable Jean-Paul et est la maman comblée d’un garçon brillant, papa de deux enfants et époux émérite, qui gère depuis Hong-Kong des succursales à l'étranger de l’entreprise familiale . La seconde, issue d’une famille chic de Neuilly, après avoir perdu son compagnon d’une overdose et son fils du sida, tâche de se reconstruire et a accepté une place de vendeuse dans la boutique prestige de Thérèse. Autour d’une bouteille de Saint-Amour, elles se remémorent ces cinquante ans de rires, de larmes, de passions et de désillusions. Chacune, avec sa personnalité et son héritage familial, a tissé son histoire au creux de l’Histoire et si mai 68 a eu des heures exaltantes, elles y ont laissé aussi des plumes et constatent avec inquiétude que les slogans qu’elles brandissaient ont parfois aujourd’hui un arrière-goût amer d’utopie qui a foiré…Mais « heureusement qu’on s’ait » dit Marie-Colombe… « Qu’on sait quoi? » répond Thérèse. « Que je t’ai toi et toi moi! ». Bref, heureusement que l’amitié est là et qu’elle est la plus grande force face à l’absurdité du monde et l’adversité, qu’on se le dise!
filles des oiseauxDans ce deuxième tome, aussi pertinent et drôle que le premier, Florence Cestac poursuit son portrait sensible - et terriblement juste- de deux femmes de caractère qui ont traversé la seconde moitié du XXème siècle tantôt avec espièglerie, tantôt avec courage. On les aime tant ces deux nanas aux gros nez, génialement ordinaires et auxquelles on s’identifie immédiatement. Pétries de défauts attachants, elles incarnent cette génération de femmes qui a oeuvré, le sein vindicatif, pour que la domination masculine recule définitivement et qui fait le constat que rien n’est jamais acquis face à une époque contemporaine où les libertés sont malmenées.
Un album salvateur à offrir à toutes les femmes de sa vie…et aux hommes qui ont de l’humour aussi.

Filles des oiseaux
Tome 2
Editions : Dargaud
Auteur: Florence Cestac
56 pages
Parution : 16 mars 2018
Prix : 13,99€

A lire aussi: 

Filles des oiseaux : l'espièglerie et la liberté de ton salvatrices de Florence Cestac

 

Filles