John Bost, un précurseur : le pasteur dissident et bienfaiteur

Écrit par Michelle Gagnère Catégorie : Bande-dessinée Mis à jour : dimanche 2 avril 2017 20:35 Affichages : 428

BostPar Michelle Gagnère - Lagrandeparade.fr/ Sans doute le nom de John Bost ne vous est guère connu, et pourtant son oeuvre perdure aujourd’hui et a bouleversé la vie de milliers de personnes handicapées. C’est au travers de la visite en juin 1881 d’Ernest Raynoux aux Asiles de Laforce fondés par John Bost, que nous découvrons la vie et l’oeuvre de ce pasteur charismatique.

1842, à Laforce, tout près de Bergerac. La communauté protestante de ce petit village de Dordogne est très pieuse mais isolée spirituellement et souhaite avoir son propre pasteur. Quand cette nomination intervient, les habitants, très soucieux de la volonté divine, calvinistes dans l’âme, n’acceptent pas le pasteur qui leur est attribué car il est soumis au concordat et rémunéré par l’état. Finalement c’est John Bost, un tout jeune théologien de 27 ans, d’origine suisse, qui va prendre en charge la vie spirituelle de Laforce. Prédicateur né, le jeune homme va vite s’imposer et séduire la communauté, alors qu’il n’en est pas le pasteur officiel, et  se retrouve donc dissident, sans pouvoir utiliser le temple officiel. La petite communauté va alors se mobiliser et construire un nouveau temple pour leur pasteur, grâce aux dons reçus de partout.
Confronté à des cas d’enfants abandonnés, souffrant de grande pauvreté et de handicaps, John Bost ne peut rester insensible à leur misère, et il crée en 1848 un premier orphelinat pour jeunes filles. Par la suite, huit autres pavillons verront le jour, financés exclusivement par la générosité de donateurs que John Bost parvient à convaincre. Fervent partisan de la séparation de l’Eglise protestante et de l’Etat, il se consacre à la prise en charge de tous ceux que leur handicap ou leur misère a mis au ban de la société.
Pour continuer son oeuvre, il fera appel au pasteur Rayroux qui lui succédera à sa mort en novembre 1881. Reconnus d’utilité publique dès 1877, les Asiles perdurent de nos jours grâce à la Fondation John Bost qui accueille et soigne des personnes (enfants, adolescents, adultes et seniors) souffrant de troubles psychiques et de handicap physique et/ou mental, ainsi que des personnes âgées dépendantes, dont l’état nécessite une vie sociale adaptée.

Grâce à une narration très claire, des dessins réalistes et une mise en couleur sobre, le lecteur se passionne pour la vie de cette petite communauté qui, parce qu’elle voulait vivre complètement sa foi, est entrée en dissidence, et a été à l’origine de cette belle institution. On suit la vie de ces paysans et de cet homme hors du commun avec un intérêt qui ne faiblit pas.

John Bost, un précurseur
Editions : La Boîte à Bulles
Scénario : Vincent Henry
Dessin : Bruno Loth
Prix : 22 euros
En librairie depuis le 8 février 2017


OuvrierOn aime aussi - du même Bruno Loth

Une grande saga, tirée de la vie du père de l’auteur
Tirée de la vie de son propre père, Bruno Loth nous livre, enrichie par de multiples anecdotes familiales, une fresque historique qui nous raconte l’Histoire de l’avant-guerre à la fin de l’occupation. Les dessins simples et réalistes, la mise en couleurs sobre, soulignent avec élégance toute l’humanité de ce bel album.
Bordeaux, 1935, Jacques abandonne ses études pour s’engager comme apprenti dans les chantiers navals. Il va découvrir un monde dont il ignorait tout, le monde du travail. 1936 et le Front Populaire, les premiers congés payés. La vie s’écoule douce et insouciante entre le travail sur la construction des paquebots, et les plaisirs : les sorties dominicales avec le club des auberges de jeunesse, les petits bals de quartiers, les premiers congés en camping au bord de l’océan. Quand la guerre éclate, ce monde disparaît et l’auteur nous montre comment chacun va vivre cette période troublée.
Ce très bel album regroupe l’intégrale de trois tomes publiés entre 2010 et 2014 :
Tome 1 : Apprenti : mémoires d’avant-guerre
Tome 2 : Ouvrier : mémoires sous l’Occupation 1
Tome 3 : Ouvrier : mémoires sous l’Occupation 2

Mémoires d’un ouvrier, Avant-guerre et sous l’Occupation
Editions : La Boîte à Bulles
Scénario et dessin : Bruno Loth
Prix : 39 euros
En librairie depuis le 23 novembre 2016

 

A lire aussi, du même auteur:

La « Retirada » : le secret enfoui de Dolorès