Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

La rémanence des lucioles : l'humanité résistante dans les entrailles souterraines des grandes villes

Écrit par Justina Zilyte Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 18 janvier 2016 21:46 Affichages : 1686

La rémanence des luciolesPar Justina Zilyte - Lagrandeparade.fr/ « Les lucioles n’ont disparu qu’à la vue de ceux qui ne sont plus à la bonne place pour les voir émettre leurs signaux lumineux » écrit George Didi Huberman en réponse au pessimisme de Pier Paolo Pasolini qui voit dans l’extension des  lucioles, une humanité qui se meurt et ne trouve plus sa place dans les sociétés modernes.

Pour donner corps aux dires de George Didi Huberman, Marie Clavaguera-Pratx avec la compagnie de La Lanterne, nous offre une « place » de choix pour voir briller quelques-unes de ces lucioles. Elle nous force à regarder en bas, non...encore plus bas, dans les entrailles souterraines des grandes villes où, dans l'obscurité la plus complète et l'indifférence générale, il subsiste ce quelque chose de très fragile qui semble avoir disparu à la surface : une rémanence d'humanité ! Humanité abîmée et marginale, certes,  mais qui  résiste à sa façon aux influences extérieures de ceux qui ont « des yeux mais qui ne voient pas » comme le dit si bien le singulier personnage de Micha dans la pièce. La métaphore pasolinienne de la luciole permet à Marie Clavaguera-Pratx de belles exploitations scéniques  qui oscillent entre ombre  et lumière.  Dans un décor post-apocalyptique, métallique et inquiétant, dansent, rampent, grimacent et s'entrechoquent des instants d'une vie souterraine, des éclats de voix de quelques vies éclatées. L'exploitation des corps y est très intéressante même si parfois les liens entre ces performances physiques et la trame principale nous échappent un peu. Il faut dire qu'il y a tellement de propositions dans la mise en scène, que, selon l’œil du spectateur, telle ou telle initiative peut paraître un peu moins aboutie. Que l'on aime ou pas, ce spectacle ne laisse pas indifférent et mérite d'être vu !

La rémanence des lucioles
Création 2015/2016
Compagnie de la Lanterne
Théâtre /Danse/ Cirque

Avec : Matthieu Beaufort, Vincent Clavaguera, Anatole Couety, Géraldine Roguez
Texte, mise en scène et scénographie : Marie Clavaguera-Pratx
Création sonore : Olivier Pot
Lumières : Joel Hourbeigt et Vincent Loubière
Costume, Maquillage, Coiffure : Catherine Benard
Régie générale : Willy Connell
Décor et Accessoires : Eric Cuapano et Alice Garnier Jacob
©Alexandre Jeanson

Calendrier des représentations :

- Mardi 12 janvier à 19h et mercredi 13 janvier à 20h30 : Théâtre de l’Archipel Scène nationale – Perpignan
- Samedi 16 janvier 2016 à 21h : Théâtre de l’Albarède – Ganges
- Vendredi 22 janvier 2016 à 20h : Chai du Terral – Saint Jean de Vedas
- Mardi 26 janvier 2016 à 14H30 : Avant-Scène - Cognac (Dans le cadre de la Journée Inter-lycées avec la Comédie Poitou-Charentes)
- Mardi 5 Avril 2016 à 20h : Périscope – Nîmes