Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

En attendant Bojangles : l’histoire d’un amour fou sur fond de folk jazz

Écrit par Imane Akalay Catégorie : Théâtre Mis à jour : lundi 29 janvier 2018 22:03 Affichages : 432

BojanglesPar Imane Akalay – Lagrandeparade.fr / "En attendant Bojangles", d’après le merveilleux roman éponyme d’Olivier Bourdeaut, paru en 2016, c’est l’histoire d’un amour fou, racontée par un père et son fils. Un homme enrichi par des méthodes douteuses met tout en œuvre pour permettre à son tourbillon de femme, à laquelle il donne un prénom différent chaque jour, de vivre pleinement sa folie douce. Dans l’immense appartement parisien qu’ils partagent avec leur animal domestique, une grue ramenée d’un voyage en Afrique répondant au doux nom de Mademoiselle Superfétatoire, leur vie est une fête permanente et ne s’encombre ni de considérations matérielles ni de conventions sociales. On y reçoit souvent, on y boit beaucoup, on y prend ses repas à n’importe quelle heure, on cesse d’envoyer l’enfant à l’école lorsque cela devient contraignant, et, surtout, on écoute en boucle, sur un vieux vinyle, l’interprétation mélancolique et jazzy par Nina Simone de Mr. Bojangles.

Un jour pourtant, la femme aux mille noms va trop loin, et se fait interner. Elle orchestre alors son propre enlèvement et leur fuite vers leur littéral château en Espagne. Dans un acte d’amour absolu et désespéré, époux et fils décident alors de l’accompagner dans sa folie, de jouer le jeu jusqu’au bout, pour profiter du bonheur tant qu’il subsiste. Bien entendu, la réalité rattrapera cette vie extravagante, la folie de la femme aux mille noms grandira jusqu’au point de non retour.

Le texte de la pièce est conforme à l’ouvrage, et reprend notamment quelques délicieuses scènes telles celle, tendre et déchirante, de l’époux qui, voyant sa femme sortir nue, couverte de sa seule chapka, pour acheter des huitres et du vin blanc, soupire « Je sais bien que vous m’aimez, mais que vais-je faire de cet amour fou ? Que vais-je faire de cet amour fou ? » et puis « Quelle merveille… je ne peux pas m’en priver… Certainement pas… Cette folie m’appartient aussi ».

Après les premières minutes un peu sur-jouées, Didier Brice et Victor Boulenger sont parfaits dans leurs personnages respectifs. Anne Charrier est lumineuse et superbe dans le rôle de la femme feu-follet. En revanche, la scénographie étriquée contraint le jeu des acteurs et peine à retranscrire l’atmosphère de joyeux bordel décadent qui faisait la magie du livre. On aurait aimé voir les comédiens jouer dans une scénographie à la Ariane Mnouchkine. A voir avant d’avoir lu le livre et non l’inverse.

En attendant Bojangles

Auteur : Olivier Bourdeaut
Avec Anne Charrier, Didier Brice, Victor Boulenger
Metteur en scène : Victoire Berger-Perrin

- Jusqu'au 5 mai 2018 à La Pépinière Théâtre ( 7 rue Louis Le Grand, 75002 Paris)