Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

La Femme Oiseau : une histoire d'amour polysensoriel

Écrit par Philippe Delhumeau Catégorie : Théâtre Mis à jour : jeudi 12 janvier 2017 06:24 Affichages : 946

Femme oiseauPar Philippe Delhumeau - Lagrandeparade.fr/ Inspiré du conte japonais "La femme grue", le texte et la mise en scène d'Alain Batis invite à ouvrir un album d'images où les personnages se détachent en pop-up, page à page. Les mots sont légers comme des flocons de neige. La narration révèle une partition théâtrale composée de féérie, de poésie, d'amour et de tristesse. De l'écriture coule une source de désir qui nourrit des appétits artistiques influencés par la lumière des sentiments et la simplicité des êtres en présence.

L'histoire de Yohei, jeune homme soignant une grue blessée par une flèche, rappelle par certains côtés le conte sénégalais où un homme riche rencontre sur son chemin un vieillard qui lui dit :"Dans la forêt tu trouveras un citronnier avec trois citrons. Chaque fois que tu en jetteras un, une femme apparaîtra »… La femme oiseau, une créature mi-humaine, mi-fantastique souvent déclinée dans la mythologie russe et gréco-romaine, sirin et stryge. L'histoire d'une rencontre surnaturelle entre un homme et une femme dont les sens dépeignent une fragilité intérieure et une beauté extérieure restituée par la grâce gestuelle et la sensibilité du regard.
"La Femme Oiseau" déploie ses aises dans un décor conçu de blanc et de transparence. Une fluidité esthétique qui apporte une dimension minérale à l'histoire d'amour polysensoriel de Yohei pour Osaku. La grue soignée en l'apparence d'une jeune femme frêle et belle se présente à l'humble demeure du garçon pour lui demander l'hospitalité. Nait de l'éphémère une relation passionnée entre les deux personnages. La misère se faisant grandissante dans la maison, Osaku propose à Yohei de tisser une toile et exige de ne pas être dérangée. Après plusieurs jours et nuits de labeur, la jeune femme révèle à Yohei son ouvrage, un tissu d'une beauté inouï. Le jeune homme part à la ville pour le vendre au meilleur prix. Osaku attache peu d'intérêt à l'argent et de nouveau, la situation se dégrade. Osaku ébauche un nouvel ouvrage et Yohei parcourt ville en ville en quête du plus offrant. Les pièces d'or lui tournent la tête, il mène une vie de débauche le temps de son absence. A son retour, Osaku ne comprend plus Yohei, à en perdre la santé et l'amour.
En la mise en scène, Alain Batis a imaginé un univers féérique traduit en musique, en chants, en marionnettes, en jeu d'ombres où la lumière perce le fil du récit dans une harmonie de liberté et d'envol. "La Femme Oiseau", un équilibre artistique polyphonique jouant avec les images du temps, que sont l'amour, la curiosité, la pureté et l'argent. Une magnifique scène servie par de subtils comédiens.

La femme Oiseau
Texte et mise en scène : Alain Batis
Spectacle jeune public et tout public à partir de 7 ans, librement inspiré de la légende japonaise « La femme grue » selon le titre d’origine.
Création 2013
Durée : 1h10

Photo: © Laurencine Lot / BM Palazon
 
Avec : Raphaël Almosni comédien, chant, marionnette – Emma Barcaroli comédienne, chant, harpe, marionnette – Loreleï David comédienne, chant, piano, marionnette – Franck Douaglin comédien, flûtes, chant, marionnette – Julie Piednoir comédienne
 
Assistanat à la mise en scène : Anne-Charlotte Bertrand, Sophie Grandjean / Création musicale : Cyriaque Bellot / Conception marionnettes : Camille Trouvé – Assistée de : Steffie Bayer / Scénographie : Sandrine Lamblin / Lumières : Jean-Louis Martineau / Costumes : Sarah Chabrier, Jean-Bernard Scotto / Perruques et Maquillages : Judith Scotto / Chorégraphie : Amélie Patard / Création vidéo : Aline Deguen – dessin et Grégory Marza – animation
Régie Lumières : Nicolas Gros / Régie Son : Emilie Tramier

- Du 9 janvier au 1er février 2017 au THÉÂTRE DE L’ÉPÉE DE BOIS  - Cartoucherie ( Route du Champ de Manœuvre 75012 Paris )
Réservations : 01 48 08 39 74 - 
De lundi à samedi, de 12h à 19h - 
Bureaux: 01 48 08 18 75 - 
Ouvert au public du lundi à vendredi de 14h à 18h.
Métro : Ligne 1, arrêt Château de Vincennes.
Sortie n°3 (en tête de train) pour accéder au bus n°112
Sortie n°6 (en tête de train) pour accéder à la navette.

Enregistrer

Enregistrer