Gagnez 3 x 2 places au Salon du Livre et de la Presse Jeunesse avec La Grande Parade !

Tentez votre chance avant le 23 novembre en envoyant vos nom, prénom et adresse postale à :

lagrandeparade@lagrandeparade.fr

- See more at: http://lagrandeparade.fr/index.php/le-manege-des-momes/coups-de-coeur/319-fabian-negrin-jouons-avec-les-mots-au-caprice-du-vent#sthash.o4JUph3T.dpuf

L'Art contre le Silence : les voix de l'art lyrique s'élèvent pour dénoncer les agressions sexuelles faites aux enfants

Écrit par Philippe Delhumeau Catégorie : Lyrique Mis à jour : mercredi 15 juin 2016 23:14 Affichages : 1186

SilencePar Philippe Delhumeau - Lagrandeparade.fr/ La gravité du sujet évoqué ne laisse personne indifférent. Pourtant, nombre d'enfants tait par honte les agressions sexuelles dont ils sont victimes, tant en France qu'à l'étranger. Quand les portes des maisons et des appartements sont fermées, il y a des intimités qui se dévoilent à contre gré. Quand l'enfance est volée, il y a des silences qui murent des envies de crier. Quand le corps est souillé, l'innocence est bafouée. Quand des yeux se ferment pour oublier, le rêve de vie est brisé. Quand l'hymen est forcé, le plaisir est à jamais cadenacé.
HALTE AUX VIOLENCES SEXUELLES. Des mots pour informer, pour alerter et pour écouter. Des pleurs à essuyer. Des drames à raconter. Des victimes à accompagner.

Les enfants du silence sont abandonnés sur le bord d'une route que personne ne voit car il y a des brouillards persistants qui masquent des vérités.  Il y a tant à faire pour ces femmes et ces hommes, victimes hier, et bourreaux demain... Qui sait ? Qui a le droit de faire ça à des enfants qui croient vraiment ce que font les grands ? Honte à ceux qui abusent. Honte à ceux qui menacent. Honte à ceux qui agressent. Honte à ceux qui commettent l'irréparable.
L'Institut National des Hautes Etudes de la Sécurité et de la Justice révèle, après enquêtes chez des personnes de 18 à 75 ans et une absence de parole donnée aux enfants, des chiffres qui glacent le sang et ouvrent les yeux sur l'intolérable : chaque année en France, il y a 200 000 viols et tentatives de viols et la police enregistre en moyenne 15 000 viols. Ce qui correspond à 1 femme sur 4 et 1 homme sur 6, victimes au moins une fois dans leur vie d'agressions sexuelles. Cette tragédie se traduit dans toutes les couches sociales de la population.
Ce lundi 13 juin 2016, la scène du Théâtre Antoine se pare des voix de grands noms de l'art lyrique pour interpréter les personnages de contes pour enfants choisis pour l'occasion. Karine Deshayes, soprano et marraine de l'association Stop aux Violences Sexuelles, et Virginie Lemoine, comédienne et marraine de l'édition 2016 de L'Art contre le Silence, donnent le la à la soirée qui s'annonce exceptionnelle.
Il était une fois... Ainsi commencent les contes de fée. L'univers de l'enfance décline le présent en rêve, la nuit en liberté, la voix de papa ou de maman en enchantement. Les jolies princesses et les beaux rois se dressent en pop-up dans l'imagination des enfants. Les émotions se nourrissent d'images peuplées de personnages attachants, de grands châteaux, de gentils animaux... Les petites filles et les petits garçons bercés par les belles histoires s'endorment pour de vrai dans un monde qui leur appartient, l'innocence.
Il était une fois... Ainsi font, font, font les méchants qui inversent le sens de l'histoire à la faveur d'une perversité palpable dans l'œil et dans la voix, le geste suit. Dans Peau d'âne, le roi respecte la promesse de son épouse mourante, laquelle lui demande de se marier avec une jeune et jolie demoiselle. Le roi n'a d'autre choix que d'imposer à sa fille le mariage. L'inceste est au cœur de l'écriture. Dans La Belle au bois dormant, le roi s'introduit sous couche dans la chambre de la princesse endormie, laquelle donnera naissance à des jumeaux. Il est question de viol. Dans Jeannot et Margot, ou Hansel et Gretel, le conte des Frères Grimm, les parents abandonnent à leur triste sort leurs enfants dans la forêt. Trouvant refuge dans une maison en pain d'épice, la méchante sorcière bave du succulent repas des deux enfants qu'elle s'apprête à rôtir. La maltraitance psychologique et physique revient dans l'histoire. Dans le Petit Chaperon rouge, l'innocente petite fille qui traverse la forêt pour aller voir sa mère-grand ne se rend pas compte de l'imminent danger qui la guette après qu'elle ait rencontré le loup. Il est question de l'abus perpétré sur une fillette insouciante.
Autant de contes que d'entrelignes correspondant au thème de la soirée sont portés en lecture par Lionel Fernandez, comédien, et par Virginie Lemoine, et en voix par les artistes lyriques.
Il était une fois... déjà la fin de L'Art contre le Silence. Artistes et techniciens sont ovationnés par le public, la salle vibre, chanteurs lyriques et comédiens respirent, les discussions post-spectacle fusent à dans le hall d'entrée du théâtre. Les visages rayonnent, mais une question noircit l'œil, Pourquoi ?
 
L'art contre le silence
Mise en scène : Karine Laleu
Avec Florence Boissolle, Thuy Anh Vuong au piano. Bertrand Dazin, contre-ténor, Olivia Doray, soprano, Lionel Fernandez, comédien, Virgile Frannais, baryton, Eric Genovese, sociétaire de la Comédie française, Delphine Haidan, mezzo-soprano, Marie Kalinine, mezzo-soprano, Doris Lamprecht, mezzo-soprano, Florian Sempey, baryton, Chiara Skerath, soprano.
Hélène Mayzou, régisseur.
 
- Le 13 juin 2016 au Théâtre Antoine ( 14 Boulevard de Strasbourg, 75010 Paris )

Enregistrer

Enregistrer