The Rider : une reconquête de l’identité pour un cow-boy privé de chevauchée

Écrit par Julie Cadilhac Catégorie : Cinéma Mis à jour : mercredi 28 mars 2018 05:29 Affichages : 412

The RiderPar Julie Cadilhac - Lagrandeparade.fr/ Denver, Dakota du Sud. Brady, jeune cow-boy étoile montante du rodéo, apprend qu'après son violent accident de cheval, il doit renoncer aux compétitions. De retour dans son quotidien, le jeune homme doit trouver une nouvelle raison de vivre…Une reconquête de soi complexe dans un monde rural où la virilité répond à une définition à laquelle il ne peut plus s’identifier.

Chloé Zhao avait réalisé en 2015 « Les chansons que mes frères m’ont apprises » qui plantait son décor dans une réserve indienne du Dakota. « The Rider » est le pendant de cette culture amérindienne en quelque sorte. Elle souhaitait « poser un regard féminin sur l’image de la masculinité américaine. » Depuis longtemps, elle avait eu un coup de coeur pour cette star en devenir du rodéo, Brady Jandreau, mais elle ne savait pas vraiment par quel côté aborder le sujet…et puis Brady a eu son accident et Chloé Zhao a trouvé la problématique de son film : peut-on risquer sa propre vie pour ne pas perdre son identité?

Dans « The Rider » qui s’inscrit dans une réalité documentaire, tous les acteurs jouent leur propre rôle. La caméra fine et esthétique de la réalisatrice entremêle étroitement deux visions du cow-boy : une, légendaire et mythique avec ses images d’Epinal et une, plus réaliste et contemporaine, d’une Amérique profonde et rugueuse.

Les premières images sont superbes. Sabot, poussière, oeil, crinière…le cheval est là, symbolisant cette dimension fantasmée de l’ouest américain conquérant. Un rêve qui vient se heurter brutalement à la séquence suivante : la prise de médicaments du rodéo-man fâcheusement amoché. Le long-métrage ne cesse ensuite ces aller-venues entre les souvenirs heureux d’une époque à laquelle il faut renoncer et un quotidien qui ne laisse aucune place aux rêves. Brady doit gagner sa vie avec des petits boulots pour assurer le loyer de la maison qu’il partage avec son père et sa soeur, ne peut plus monter à cheval à cause de ses vertiges récurrents et doit donc même renoncer à être dresseur de chevaux. Des successions de scènes marquantes restent en mémoire. Les moments de tendresse avec une soeur fragile et qu'il faut protéger. Le souvenir d'une mère disparue. Un feu partagé avec des copains, la guitare en bandoulière et l’astre lunaire pour veiller sur les confidences. Le foulard autour du cou iconique. Des accessoires de lumière pour harnacher les montures revêches. La main qui se crispe et qui ne répond plus. Une séance de dressage exaltante. Le cheval que l’on acquiert et que l’on est obligé d’achever. Et puis…Lane Scott, l’ami qui n’a pas eu autant de chance que Brady, ce si beau garçon à l’arrogance délicieuse qui ne s’est jamais relevé d’une chute et garde seulement au fond du regard l’étincelle sauvage du rodéo. Lane et sa remontée en selle finale qui arrache des larmes d’émotion.
"The Rider" s’avère le portrait bouleversant d’un être qui chevauche la douleur avec courage et mérite. Sans misérabilisme ni compassion mal venue, ce long-métrage montre avec sensibilité et pudeur le visage d'une Amérique profonde et pétrie de traditions et de représentations ancestrales qui ont la peau dure...et dont il est difficile de s'extirper sans y laisser quelques cicatrices que seuls le temps et la force de caractère pourront apaiser.   

The Rider
Date de sortie : 28 mars 2018
Durée : 1h 45min
Réalisation : Chloé Zhao
Avec Brady Jandreau, Tim Jandreau, Lilly Jandreau, Leroy Pourier, Cat Clifford, Tanner Langdeau, James Calhoon, Lane Scott

- Découvert en avant-première le 5 février 2018 au Cinéma Diagonal - Montpellier ( 34)

En 2017-2018 le cinéma Diagonal à Montpellier accueille un cycle de projections de westerns. Avec le soutien des départements de cinéma et théâtre et d'études anglophones de l'Université Paul-Valéry Montpellier 3, du laboratoire EMMA (UPV) et de la DRAC, ces 7 séances autour du western s'inscrivent dans le cadre de l'agrégation d'anglais.